Rechercher

Ces villes qui plantent partout

La planète brûle. Et pour la sauver, partout en France et dans le monde, municipalités et citoyens font leur part du colibri. Depuis 2011 et surtout depuis 2014, se multiplient les opérations de plantation d’arbres, de reboisement, de créations de potagers urbains et les constructions architecturales green. Depuis 2019, l’idée a bien germé et la jeune génération de citadins comme de néo-ruraux porte haut cette grande cause, climatique et poétique.


Cet article est paru dans le hors-série Avantages Jardin début 2020.



L’architecte Edouard François, imagine des constructions qui incarnent l’expression du désir de nature en ville : Flower Power, M6B2 et Eden Bio à Paris, Le Ray à Nice…




D’ici 2050, 68% de la population mondiale vivra dans les villes, où les opérations d’urbanisme artificialisent l’espace public depuis maintenant plusieurs décennies. Remettre le végétal au cœur du quotidien citadin est avant tout une question de qualité de vie. Déjà sous Napoléon III, l’ingénieur horticole Adolphe Alphand, à la demande du baron Haussmann, avait introduit la campagne à la ville, la forêt au centre de la cité : il conçut le Bois de Vincennes et de Boulogne, les parcs Montsouris, Monceau et les Buttes Chaumont. Poursuivons son œuvre… L’arbre en ville, en rangées ou en bosquets, est le pilier de la revégétalisation : il apporte un caractère qualitatif au paysage urbain, accroît le confort thermique en rafraîchissant l’espace, améliore la qualité de l’air, limite l’érosion des sols et participe au maintien de biodiversité.


À l’horizon 2030, des forêts urbaines

Petites et grandes villes, conscientes de l’enjeu, lancent de nombreux programmes de #revégétalisation et #reforestation. 45 000 plants à Bordeaux, 300 000 à Lyon et Nantes, 100 000 à Toulouse, 150 000 à Angers, 20 000 supplémentaires à Paris tout en atteignant cette année l’objectif de 100 hectares de ‘jardins sur les murs’ – et en vue des Jeux Olympiques de 2024, le passage du Trocadéro à la Tour Eiffel sera végétalisé. Un arbre par naissance à Perpignan et Tours, en Occitanie un pour chacun des 230 000 lycéens… La tendance est à la création de mini-forêts. La région Provence Alpes Côte d’Azur veut atteindre la neutralité carbone en 2050 avec 1 million d'arbres en 2 ans ; la Bretagne veut planter 5 millions d’arbres, et ce sera 1 million en région Sud.

En parallèle, les municipalités sollicitent des architectes visionnaires des villes vertes du futur comme Vincent Callebaut, Stefano Boeri et Edouard François, pour concevoir des immeubles d’un nouveau genre : de forme organique, ils intègrent des murs et des toits végétaux, des balcons-jardins et même des potagers et des ‘forêts verticales’.


Les citoyens dans la dynamique

Les citoyens eux aussi font bouger les choses en mettant en œuvre de nombreuses actions fertiles qui sont autant de gouttes d’eau formant un océan de solidarité écosystémique : par exemple, à Fontaine-au-Pire (59), les 1200 habitants ont planté en décembre 1300 arbres ; Les habitants rémois ont créé un page Facebook ‘Reims veut des arbres’ et dirigent des opérations #Reimsplantedesarbres. Sortent de terre de plus en plus de fermes urbaines, des zones Incroyables Comestibles… En intérieur, les tendances Urban Jungle, potagers hors-sol et terrariums continuent de prendre de l’ampleur chaque année. Comme on peut offrir une étoile, offrir un arbre en un clic sur Reforest’Action ou EcoTree devient même un cadeau symbolique de plus en plus prisé pour mariage, un baptême ou toute autre occasion.


Prenez-en de la graine : de nombreuses associations organisent également des événements participatifs partout en France pour recréer des mini-forets sur tous types de sites : friches, terrains vagues, pelouses, parkings, toits etc. Vous pouvez par exemple adhérer ou faire un don à Mini Big Forest, Les planteurs volontaires, Cœur de forêt... Ou simplement semer des graines issues de votre consommation de fruits et légumes, en pots ou à la volée façon ‘bombes à graines’.

Enfin, prenez le temps de connaitre et d’étudier la végétation de votre environnement – certains nouveaux arbres sont étiquetés d’une plaque informative. « En ville, on ne plante par n’importe quelle espèce, n’importe où ni n’importe comment, informe ArboClimat. Les espèces et les essences doivent être diversifiées et adaptées au réchauffement climatique ainsi qu’à l’urbanisme ».



Info + : Les jardineries aussi jouent le jeu : Castorama a lancé l’opération Ramène ta graine dans 7 villes françaises ; Truffaut, avec ‘Plantons pour demain’, s’est fixé l’objectif de 30 000 nouveaux arbres d’ici fin 2020 et 100 000 à fin 2024.



Copyright Bacsac. Les modules Bacsac en géotextile sont un produit phare pour planter partout facilement ! Planter des arbres est une des actions à mener pour adapter les villes aux périodes de canicule.





Copyright What The Flower.



Copyright Ville de Paris.



Copyright Annecy Paysages.



Copyright Nantes / #marueestunjardin.

Nantes, dite ville arboretum avec plus de 300 000 arbres (1 par habitant), a mené des actions emblématiques en 2019 dont l’opération "Ma rue en fleurs" (distribution gratuite de sachets de graines aux habitants pour aider à fleurir la ville), et "MiniBigForest" (plantation de 600 arbres et arbustes dans les quartiers, par des écoliers et habitants ; cette opération sera renouvelée en 2020). Ici au Quai des plantes, les promeneurs peuvent apprendre à connaître les principales espèces locales.




Claire Lelong-Lehoang.



6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout